Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lesdebsaroundtheworld.com

Le tour du monde d'une famille en camping-car

Pratique : Corruption et gestion de la police en Amérique Centrale

Bonjour a tous,

Nous sommes actuellement en plein préparatifs du Shipping vers la Colombie, pas beaucoup de visite du Panama car nous souhaitons avant tout faire toutes les maintenances et petits aménagements pour attaquer l'Amérique du Sud à neuf.

Néanmoins le blog continu de vivre et c'est un bon moment pour sortir quelques articles "pratico-pratique".

Aujourd'hui, on va vous raconter nos différents contrôles, tentatives de corruptions et tentatives d'arnaques que nous aurions pu subir si nous n'étions pas préparés.

Mais avant de débuter, j'insiste sur le fait que je ne traite ici que des cas d'abus, j'assumerai toujours mes erreurs qu'en j'en fais et j'en ferai encore.

Je voudrai aussi ajouter que nous n'avons pas la science "exacte" mais que nous aimons la justice et détestons l'arnaque et encore plus quand il s’agit de nous et de notre porte feuille :)

La corruption est la perversion ou le détournement d'un processus ou d'une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d'obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d'obtenir une rétribution en échange de sa complaisance.

Merci wiki pour cet éclairage :)

Pratique : Corruption et gestion de la police en Amérique Centrale

Commençons par le début, on sait par retour d'expérience d'autres voyageurs que la police n'hésite pas à arrêter le touriste : c'est une manne financière facile qui permet d'arrondir ses fins de mois.

Si vous suivez le raisonnement on comprend mieux : un policier au Nicaragua touche l'équivalent de 200 euros net par mois.

Même si le coût de la vie est plus faible, la différence de salaire l'est largement plus !

Et quand une amende de 40 $us peut se réduire en cas de paiement de main à main d'un montant de 10 à 20 $us... tout le monde se retrouve gagnant.

Du coup entre la malhonnêteté du dessous de table et la malhonnêteté de vous arrêter pour rien...

Il n'y a qu'un pas facile à franchir et il se franchit un peu trop facilement parfois.

Je vais donc rassembler ici les astuces que nous avons eu mais aussi celle issue de notre imagination.

Elles ont fonctionné à chaque fois mais elles auraient aussi pu ne pas marcher... cela dépend aussi de votre conviction et de votre capital confiance.

Elles ne vous sauverons pas de tout et je ne garantirais jamais rien sur cela mais au moins je vous aurai raconté notre histoire et... vous en faites ce que vous voulez !

Pratique : Corruption et gestion de la police en Amérique Centrale

Tout d'abord le conseil numéro 1 : Après chaque contrôle frontière, gardez dans votre pare-soleil une photocopie de votre autorisation d'importation du véhicule, photocopie du passeport, photocopie de la carte grise et photocopie du permis de conduire.

Conseil numéro 2 : Faites plusieurs copies de votre permis de conduire en couleur et plastifiez les avant de partir pour leur donner un air "original", ils peuvent vous rendre bien des services...

Conseil numéro 3 : Vous parlez tous un espagnol excellent j'en suis certain, mais mal maîtriser l'Espagnol est un don quand on se fait arrêter... en plus de limiter le temps de discutions.

Conseil numéro 4 : Vous êtes dans le pays pour rendre visite à votre frère/cousin/oncle appelez le comme vous le voulez, qui travail à l'ambassade.

Mise en situation :

Granada, Nicaragua.

Nous venons de faire le plein de notre bouteille de Gaz et je configure le GPS pour San Juan Del Sur, comme toujours avec ce type de matériel... il a du mal à nous localiser.

Du coup je décide de faire le tour du rond point avant de prendre ma direction, c'est bon il nous donne la route à prendre ! Un clignotant, on sort du rond point et on prend la route de San Juan.

D'un seul coup j'entend que ça klaxonne timidement et je vois dans mon rétro une moto et un type qui fait des grands signes... ne sachant pas ce qui se passe, je me gare sur le coté.

Il s'arrête juste derrière moi et vient à mon niveau.

J'ouvre ma vitre :

- Bonjour, vous avez fait le tour du rond point, c'est interdit, merci de me montrer vos papiers.

Je répond :

- Il n'y a aucune indication interdisant le tour du rond point ! merci de me montrer d'abord vos papiers qui stipule que vous êtes de la police.

Il sort sa carte... je la prend et je note son nom, prénom et numéro de matricule.

étonné il me demande :

- Pourquoi vous notez mon nom ?

- J'en ai marre des tentatives d'arnaque, mon frère travail à l'ambassade et il m'a clairement dit de prendre le nom et le numéro de carte de la personne qui m’arrêterait...

très ennuyé, il me demande mon passeport.

- Tenez, c'est une photocopie car on nous met en garde sur les vols de documents d'identités, ils sont disponibles à San Juan des Sur.

Là je sent qu'il tient sa sortie tellement il en sourit : 

- Si vous n'avez pas l'original, vous pouvez partir.

Et là prenant le jeu à mon avantage :

- Vous êtes bien sur ? (en montrant le papier avec ses coordonnées)

Et là il répondra : 

- Vous pouvez aussi détruire ce document...

Karine se marre à côté de moi, le pauvre on a bien joué avec lui... mais c'était gros cette arrestation pour une histoire de tour de rond point !

Aller on passe à la seconde mise en situation : Le Panama Jour 1.

Pratique : Corruption et gestion de la police en Amérique Centrale

En cas d'arrestation abusive : Vous n'avez rien à perdre ! Au moment ou on vous arrêtes tout est encore possible, n'oubliez pas d'avoir confiance en vous surtout que vous êtes dans votre droit.

Et la phrase à vous répéter : Je ne lâcherai pas un centime.

C'est d'ailleurs ce que j'ai dis à Karine lors de notre "contrôle de police" 50 kilomètres à peine après avoir passé la frontière.

Nous sommes arrêtés pour un contrôle à la base mais... on sentait bien qu'il cherchait quelques chose à nous reprocher.

Niveau papier tout est en ordre (conseil numéro 1), on leur donne rapidement.

Il nous lâche un : Vous êtes Français ?

Oui c'est bien cela !

Et en tournant autour du véhicule il voit que l'enjoliveur avant gauche est absent, il me dit que : c'est interdit de rouler avec une roue de secours au Panama.

Je lui explique difficilement (souvenez vous de mon niveau d'espagnol... conseil numéro 3) bref j'ai perdu l'enjoliveur mais ce n'est pas ma roue de secours.

Il me répond que si et il me dit que l'amende est de 80 Balboa Panaméen (70 euros) et qu'il nous laissera partir.

Je lui demande alors sa carte de police et on recommence notre rituel : Prise du nom / prénom et numéro de matricule.

Et là le ton change et s'assouplie, je lui explique que : je rejoins mon frère à Panama City, fraîchement muté à l'ambassade de France...

J'en profite pour lui redire que : j'ai la facture de mes pneumatiques avant et que ma roue de secours est dans son emplacement... s'il veut se donner la peine de se mettre à genoux au sol pour constater.

Il saisit la possibilité de faire marche arrière, vérifie la roue de secours et s'excuse en nous laissant de manière très rapide... inimaginable !

 

 

 

Pratique : Corruption et gestion de la police en Amérique Centrale

Tout ça pour vous dire plusieurs choses :

Déjà que ces cas là sont présents effectivement mais particulièrement rares !

Qu'a chaque "tentatives" on s'enrichie d'une expérience et qu'on s'en ressent plus fort.

Que même si jusque maintenant nous avons gardé la bourse fermé, je n'exclu pas un jour de tomber sur un mec plus teigneux que moi qui nous fera plier.

Et enfin, n'oubliez pas que lorsque l'agent va se rendre compte qu'il n'est pas tombé sur une bourse, il faut lui laisser la place pour s'en sortir... et eviter le conflit.

Nous avons préparé la Gopro pour essayer de récupérer une vidéo pour "compléter cet article", d'ici là soyez prudent sur la route, c'est le meilleur moyen de ne pas laisser d'arguments aux Ripoux.

 

@ Bientôt

 

Berti

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Berti !<br /> <br /> Un grand merci ! nous sommes en vacances au Nicaragua pour 2 semaines et j'avais lu tout tes articles sur le Nicaragua avant de partir pour préparer notre itinéraire (et cet article là)<br /> A peine 1 heure après avoir pris le véhicule de loc , nous étions contrôlé pour avoir dépassé un véhicule arrêté dans la voie de droite avec personne dedans.A la demande de mes papiers j'ai donc donné la photocopie comme tu l'indiquais et ça s'est arrêté là ! merci pour le tuyau ! c'était il y à 2 heures mais il fallait que je vienne te le dire! Bonne suite au Costa rica
Répondre
R
heureusement que vous avez des parades...c est ce que j avais peur pour vous...mais je vois que vous gerer :) cool bisous a vous 4
B
Bonjour à vous deux , merci pour le retour ! Bonnes vacances à vous ;)
P
Bertrand,<br /> <br /> Je te reconnais bien<br /> <br /> Tu as raison tjrs laisser une porte de sortie<br /> <br /> à bientôt<br /> Bonne route
Répondre
B
Bonjour Patrick alors c'est fini de ton côté ? :) bise à mumu si tu le croise !!!
L
Bonjour et merci pour ce retour d'expérience , je suis convaincu que passer à travers les gouttes n'est pas qu'une question de préparation mais de comportement , rester droit dans ses bottes et sur de soit.<br /> J'en profite pour vous remercier pour la qualité du blog et du partage de votre expérience , un des meilleurs dans le domaine et de loin !<br /> Les Droits Devant
Répondre
P
Super vos noms d'équipe ! Lesdebsaroundtheworld et maintenant lesdroitsdevant !! J'adore<br /> Comment on en vient à cela ??<br /> Salut. Peg, couz de Karine